2 siècles de Publicité et d'Affiches Gaz Gazette n°55 Histoire du Gaz en France Calendrier 2021

L'ACTIVITÉ GAZIÈRE ET LA CONCURRENCE

6 - Gaz/Electricité le combat vital

2015-03-22-11.jpg - 2,09 MB

 

 

Le domaine essentiel d'affrontement de l'électricité et du gaz d'éclairage a justement été dans un premier temps l'éclairage et d'abord l'éclairage privé, qu'il s'agisse de locaux d'habitation ou professionnels. L'électricité y a pénétré progressivement, mais résolument. Il n'était pas rare de rencontrer dès 1900 dans les habitations bourgeoises un éclairage de base au gaz et un éclairage électrique décoratif, utilisé uniquement les jours de fête ou de réception, en raison de son prix nettement plus élevé. Malgré cela, dès 1910 les installations nouvelles ou rénovées adoptent très majoritairement l'électricité.

Pour l'éclairage public, le combat a été plus long, le gaz faisant preuve d'une remarquable résistance et demeurant prépondérant jusque vers 1925. Les gaziers, conscients du poids de ce domaine dans leur activité et leurs résultats, actionnèrent tous les leviers à leur disposition :

  • le levier technologique, un peu moins sollicité durant les années sans concurrence, à l'instar de l'accélération des progrès en matière de brûleurs ( dits « becs d'éclairage » ). Se développèrent alors les becs à récupération de chaleur, car la luminosité de la flamme augmente avec sa température, les becs renversés pour éliminer l'ombre portée de l'appareil lui-même, les becs à manchon incandescent, dont le plus accompli fut le bec Auer, du nom de son  inventeur : le Comte Auer von Welsbach, les allumeurs-extincteurs automatiques qui réduisent drastiquement les coûts d'exploitation.

 

  • la diversification des appareils, pouvant comprendre jusqu'à 12 flammes, et de leurs systèmes  d'alimentation (tel le gaz surpressé ), permettant de tirer le meilleur profit en matière d'éclairement , d'ambiance et de coûts des avançées technologiques précédentes et donc de continuer à séduire les autorités décisionnaires.

 

  • l'exploitation des grandes occasions, telles les expositions universelles qui émaillent la  deuxième moitié du XIXe siècle ( 1855, 1867,1878, 1889, 1900 ), où le public découvre les premières offres du confort moderne par le gaz, traitées avec un double souci d'utilité et d'esthétique, mais aussi les splendeurs de l'éclairage au gaz de l'ensemble de l'exposition de 1889 qui populariseront l'expression « Paris ville lumière ».

 

    Quoi qu'il en soit, cette belle et longue résistance de l'éclairage public au gaz a été d'un grand secours pour les compagnies gazières, qui eurent ainsi le temps d'approfondir les marchés de la cuisine, de l'eau chaude et du chauffage individuel et collectif, mais aussi d'organiser une pénétration significative du gaz dans l'industrie, tant pour les usages thermiques que pour des process spécifiques. Nous reviendrons dans un prochain article sur les démarches marketing, souvent innovantes et astucieuses des gaziers, pendant cette période de confrontation.